logo

La cigarette électronique serait 5 à 15 fois plus cancérigène que la cigarette


Nouveau scandale autour de la e-cigarette. Selon une étude, le liquide contenu dans les cigarettes électroniques produirait une substance cancérigène plus dangereuse que celle de la cigarette lorsque celui-ci est chauffé à trop haute température.

Largement critiquée par de nombreux experts, la conclusion de l’étude menée par l’Université d’État de Portland semble pourtant sérieuse. Parue mercredi 21 janvier dans le New England Journal of Medicine (NEJM), cette étude affirme que, chauffée à très haute température et aspirée profondément, la vapeur contenant de la nicotine peut former du formaldéhyde. C’est cette substance qui rend la vapoteuse cinq à quinze fois plus cancérigènes que le tabac.
A faible voltage, on ne trouve aucune trace de formaldéhyde dans le liquide. La substance se forme à haut voltage, soit à partir de 5 volts. Pour en arriver là, il faut que l’utilisateur aspire pendant longtemps. Pour cette étude, les chercheurs ont utilisés une machine à « inhaler » de la vapeur de cigarettes électroniques et se sont rendu compte que le taux de la substance cancérigène formée était largement plus élevé à haut voltage que celui trouvé dans les cigarettes « normales ».

Ainsi, un vapoteur qui inhale l’équivalent de trois millilitres de e-liquide chauffé au maximum chaque jour, absorbe quelque 14 milligrammes de formaldéhyde. A contrario, une personne qui fume un paquet de cigarette par jour n’en absorbe « que » trois milligramme. De quoi multiplier par 5 à 15 fois le risque de cancer.

Dans un communiqué, le directeur de la division sur le tabagisme à la faculté de Médecine et de dentisterie de Londres, Peter Hajek a tenté de rassurer les esprits : « Quand les fumeurs de cigarettes électroniques surchauffent le liquide cela produit un goût âcre désagréable ce qu’ils évitent de faire ».

Une nouvelle qui tombe juste après celle qui indique qu’un joint de marijuana serait l’équivalent de 5 cigarettes.